Nèfta Poetry, ambassadrice du festival Cri de femme

Nèfta Poetry, ambassadrice du festival Cri de femme : « On va s'interroger sur ce qu'est l'essence féminine »



Propos recueillis par Sophie BACONIN Mardi 28 février 2017
 
(Jean-Philippe Polo) 
Lieu Article ICI
Jeudi débutera le festival Cri de femme, autour du thème de la nature. L'occasion d'échanges interculturels et de sensibiliser sur la cause féminine à travers plusieurs événements. Rencontre avec l'ambassadrice du festival, Nèfta Poetry, alias Stéphanie Meylion-Reinette.

 

Comment est né le festival Cri de femme ?

C'est une initiative de Jael Uribe, poétesse de République dominicaine, qui a invité des femmes poètes, comme moi, à travers les réseaux sociaux, à organiser un ou plusieurs événements pour célébrer les femmes et sensibiliser la population aux violences faites aux femmes. Cela a débuté en 2011.

 

Pourquoi est-ce important pour vous de vous impliquer dans cet événement ?

Tout d'abord, parce que je suis une femme. Dans mon parcours de vie, j'ai eu des expériences difficiles avec le sexe opposé. J'ai aussi beaucoup écrit sur l'érotisme de la femme et sur la douleur. C'est important pour moi, parce que je crois foncièrement en l'égalité sociale entre hommes et femmes même si je crois aussi que la nature ne nous a pas fait de manière identique. Et puis, aujourd'hui, il y a encore énormément de violences infligées aux femmes.

 

De quoi va parler ce festival ?

Je suis sociologue de formation. Je m'efforce, chaque année, de poser une question pour faire écho aux problématiques que rencontrent les femmes. Après avoir abordé les violences conjugales, les féminismes, la femme comme origine du monde ou encore la sexualité, nous parlerons de la femme et la nature.

 

Comment cela va-t-il se décliner ?

Sous toutes les facettes. On va s'interroger sur ce qu'est l'essence féminine. J'ai fait la rencontre récemment d'un ami en transition pour devenir une femme. Et nous avons beaucoup parlé de comment devient-on femme ? C'est une question qu'on peut toutes se poser, même en étant née avec un sexe féminin. On va aussi se questionner sur l'intégration de la femme dans la nature. L'occasion aussi de parler des femmes qui exercent des « métiers d'hommes » , même si on sait qu'aux Antilles, les femmes ont toujours énormément travaillé. Savoir comment elles vivent leur sexualité aussi. Comment elles se situent dans leur environnement et dans leur corps.


-------------------------------

PROGRAMME

- Du 2 au 17 mars : exposition Nuésensau pavillon de la Ville de Pointe-à-Pitre (Cindy Leboucher, Richard-Viktor Sainsily Cayol, Daniel Dabriou, Anaïs C., Minia Biabiany, Guy Gabon, Nicolas Nabajoth, Philippe Virapin, Prisca Violette).
- 2 mars : Vernissage, cocktail et performance réalisée par Prisca Melyon-Reinette (avec Aimée Carry, Jeanice Bordes, etc.).
- 3 mars : Festi'lunch au restaurant peso-végétarien Archibon de 18 à 22 heures. Projections : Ayéola, la danse des couleurs de Jonathan Drumeaux Drums et Esclavage moderne de Guy Gabon.
- 4 mars : Première soirée « Party » du festival, au Petit New- York, à partir de 21 heures.
- 5 mars : conférences et ateliers Au Petit New York, de 8 h 30 à 17 heures.
Share on Google Plus

0 Commentaires: